Revue de Presse : on parle d’UG Bordeaux !

Novembre 2017- Elle Magazine « Louis Vallon Crémant de Bordeaux »

« L’élégance du Crémant de Bordeaux Louis Vallon prend sa source dans un savoir- faire ancestral que se transmettent quelques vignerons passionées sous le sceau du secret. Des raisins vendangés à la main, une vinification haute couture et une précision d’orfèvre sont nécessaires à l’élaboration de ce Crémant qui étonne par son équilibre parfait. Son nez gourmand, son fruit croquant et sa bulle délicate charment le palais et accompagnent merveilleusement les plats de fête. »

 

Novembre 2017- Le Républicain « Les nouvelles bulles de la Maison Yvon Mau »

« Premius Crémant de Bordeaux brut et brut rosé sont les derniers nés de la gamme d’excellence de la Maison Yvon Mau, en collaboration avec la cave Union de Guyenne, premier producteur […] »

Octobre 2017- L’Avenir Aquitain « 15 coopératives s’engagent pour le bio »

« Lors du premier salon de rencontre entre coopératives et grandes et moyennes surfaces en Nouvelle-Aquitaine, 15 coopératives se sont engagées en faveur du bio. A l’occasion du premier salon de rencontre entre 45 coopératives agricoles et […] »

Consulter l’article dans sa totalité sur l’Avenir Aquitain.

Septembre 2017- Mon Viti « La Cave de Sauveterre Blasimon Espiet s’engage pour la bio »

« La Cave de Sauveterre Blasimon Espiet devient la première signataire de la Charge d’Engagements pour le Développement de la Bio rédigée par Coop de France Nouvelle Aquitaine aux côtés d’UG Bordeaux qui commercialise ses vins. La signature[…]

Consulter l’article dans sa totalité sur Mon- Viti.

Septembre 2017- Vitisphère « L’Union de Guyenne veut quadrupler ses surfaces bio en 3 ans »

« Permise par la fusion avec Baron d’Espiet, cette stratégie de développement s’inscrit dans une démarche de soutien à la bio de la filière coopérative de Nouvelle-Aquitaine. Nos adhérents […] »

Consulter l’article dans sa totalité sur Vitisphère.

Août 2017- Sud Ouest « Lundi, les vendanges ont commencé »

« C’est parti pour les vendanges à l’Union de Guyenne qui regroupe les caves coopératives de Sauveterre, Blasimon, Saint-Pey-de-Castets, Génissac et Espiet. C’est ce lundi […] »

Consulter l’article dans sa totalité sur Sud Ouest

Août 2017- France 3 Nouvelle-Aquitaine « Vendanges : premiers coups de sécateurs dans le Bordelais »

« Ce sont les premiers coups de sécateurs ! Et ça commence par les raisins destinés au crémant, ce breuvage qui a de plus en plus la cote. Les producteurs de l’Union de Guyenne […] »

Consulter l’article dans sa totalité sur France 3 Nouvelle- Aquitaine

Mai 2017- Aquitaine Presse Service « Yvon Mau (Freixenet) s’associe avec l’Union de Guyenne pour se lancer sur le marché du crémant de Bordeaux »

« La société Yvon Mau, filiale française du groupe espagnol Freixenet, va s’attaquer au marché du crémant de Bordeaux. Pour ce faire, elle a décidé de s’associer à l’Union de Guyenne, pour assurer  […]  »

Consulter l’article dans sa totalité sur Aquitaine Presse Service

Mars 2017- Papilles & Pupilles « Oscars de Bordeaux 2017 : les vins primés par les femmes »

« C’était la semaine dernière, le 8 mars, journée de la femme et nous étions très nombreuses à déguster à la Brasserie Bordelaise les vins pré sélectionnées par le syndicat des Bordeaux et Bordeaux supérieurs pour élire […] ‘

Consulter l’article dans sa totalité sur Papilles & Pupilles

Mars 2017- Sud- Ouest  » Les caves de Sauveterre- Blasimon et Baron d’Espiet fusionnent »

 » L’union des caves coopératives de Sauveterre- Blasimon et Baron d’Espiet va permettre de couvrir un territoire plus large.L’union fait la force. Aussi, les caves coopératives de Sauveterre- Blasimon et Baron d’Espiet ont- elles décidé de fusionner pour allier savoir- faire et pussance commerciale.

Décision adoptée[…]  »

Consulter l’article dans sa totalité sur Sud- Ouest

Février 2017- Vitisphère  » La cave Sauveterre- Blasimon- Espiet est (fusion) née « 

 » Les caves Baron d’Espiet et Sauveterre- Blasimon ne forment plus qu’une, la première amenant sa spécificité bio et la seconde ses volumes, le tout soutenant le poids commercial de l’Union de Guyenne.

Réunis en assemblées générales extraordinaires ce 16 février, les adhérents […]  »

Consulter l’article dans sa totalité sur Vitisphère

Janvier 2017- Viti Leader  » Trois projets de chai : des contraintes et des solutions »

 » Ingévin est un bureau d’études spécialisé en process et bâtiments vinicoles. Trois exemples de réalisation pour lesquels Ingévin est maître d’œuvre montrent comment il est possible d’intégrer ses cotraintes dans la conception d’un bâtiment neuf.

La cave coopérative de Saint- Pey développe sa production de crémant de Bordeaux. Le cahier des charges de l’AOC est strict, notamment sur la […]  »

Consulter l’article dans sa totalité sur Viti Leader

Décembre 2016- Le Républicain Sud Gironde  » Promotions de Noël à la Cave »

 » Durant quatre jours, la Cave coopérative de Sauveterre- Blasimon, qui fait partie du groupe Union de Guyenne, a proposé des produits de la gamme avec des promos dépassant souvent les 20 %. Une bonne occasion pour faire des achats avant les fêtes, les parents ont pu déguster et les enfants se faire prendre en photo avec le Père Noël »

Décembre 2016- Vitisphère « Sauveterre- Blasimon investit 7 millions d’euros dans ses opérations préfermentaires »

Premier producteur girondin de vins blancs, la cave coopérative a revu de fond en comble son schéma de réception des vendanges, tout en tablant sur une croissance de ses approvisionnements.

« Comme dans toutes les caves, ce qui est rationnel au début ne l’est plus quinze ans après ! » s’amuse Philippe Cazaux, le directeur général de la cave de Sauveterre- Blasimon (réunissant Sauveterre de Guyenne et Blasimon). Pour regagner en efficience, la coopérative de l’Entre-deux-Mers a sorti le grand jeu en remettant à plat son traitement de la vendange. Et en construisant […]

Alexandre Abellan

Consulter l’article dans sa totalité  sur Vitisphère

Septembre 2016 – Vitisphère – « La cave de Saint-Pey se met à la pointe des crémants de Bordeaux »

Premier élaborateur de l’appellation pétillante girondine, la coopérative poursuit sa spécialisation avec un investissement hautement technologique de 2,8 millions €.

Ayant débuté ce 29 août leurs vendanges, les Vignerons de Saint-Pey Génissac sont en phase de rodage de leur outil flambant neuf de réception et de pressurage des raisins pour l’élaboration des Crémants de Bordeaux. Suivant une chaîne de convoyage automatique, les palox plastiques sont pesés, puis montés, par paires et par ascenseur, jusqu’aux pressoirs pneumatiques. Dans un ballet d’horlogerie suisse […]

Alexandre Abellan

Consultez l’article dans sa totalité sur Vitisphère

Septembre 2016 – Sud Ouest – « Vendanges : premiers raisins en Gironde »

Top départ avec des parcelles pour faire du crémant, marché en plein boom. Direction Saint-Pey-Génissac, cave spécialisée dans cet effervescent.

Si la Gironde ne produisait pas du crémant de Bordeaux, AOC en croissance mais ne pesant que 1 % des ventes totales, il faudrait attendre encore quelques jours pour la récolte des blancs secs (1) et deux à trois semaines pour le rouge (90 % des surfaces). Cette année n’est pas du tout précoce. C’est donc à un top départ  […]

César Compadre

Photo A.P.

Juin 2016 – Sud Ouest – « Cuves neuves à la cave »

Cela fait un quart de siècle que la cave coopérative a adopté une stratégie d’innovation permanente. Ce mode opératoire lui permet aujourd’hui de se positionner en véritable précurseur et générateur de tendances au sein de la viticulture bordelaise.

En cette fin de printemps, la cave est en train d’augmenter sa capacité de réception et de traitement des raisins […]Patrick Izaute

Photo A.P.

Décembre 2014 – Le Républicain – « La cave coopérative : 80 ans d’histoire »

Photo UG Bordeaux

Aout 2010 – Sud Ouest – « Vignes : récolter, c’est une grosse organisation »

Photo UG Bordeaux

Presse : archives 1990-2010

12 juin 1992 – Le Résistant

Saint-Pey de Castets – Première dégustation du Crémant

C’est dans la nouvelle salle de réception de la Cave coopérative de Saint-Pey, jouxtant le chai de barriques, que MM. Burnereau, président, et Lepaon, Directeur, présentaient dernièrement leurs crémants de Bordeaux, millésime 1990. Lucios et Aymi s’ajoutent à la gamme produite par la cave coopérative. Ils ont reçu, vendredi, un accueil chaleureux des négociants, courtiers, restaurateurs, fournisseurs, coopérateurs, amis venus le déguster.
Propriétés de la cave, Lucios, nom d’un chef gaulois habitant près de Saint-Pey au temps de César et Aymi, Aimé en basque, ont été élaborés par la maison Brouette, de Bourg-sur-Gironde, et le Clos des Cordeliers de Saint-Emilion. Lucios, 39 F TTC la bouteille, est réservé aux particuliers; Aymi, 33F TTC la bouteille, est vendu en distribution. Vins blancs brillants, ces deux crémants AOC haut de gamme, loin de remplacer les champagnes, pourraient devenir des classiques incontournables pour accompagner coquillages, crustacés et d’autres poissons. Un point qui met déjà en effervescence les producteurs de Saint-Pey.

23 novembre 1990

Saint-Pey de Castets – L’histoire d’une cave

Située dans le bas du canton de Pujols-sur-Dordogne, la cave coopérative de Saint-Pey-de-Castets accueille près de deux cents viticulteurs propriétaires de 690 hectares (600 rouges et 90 blancs). Active, elle l’a toujours été grâce au dynamisme de son créateur Jacques Boyer-Andrivet.

Ils sont 180. Cent quatre-vingts viticulteurs éparpillés, sur la rive droite de la Dordogne, sur les communes de Saint-Pey-de-Castets. Sainte-Florence, Civrac-sur-Dordogne, Saint-Vincent-de-Pertignas, Bossugan, Mouliets, Mérignas mais aussi Saint-Jean-de-Blaignac et une trentaine de Saint-Terre à amener leur récolte à la cave coopérative de Saint-Pey. Là, ils font confiance à l’équipe dirigée par M Lepaon Jean-Pierre pour qui la qualité [prime] avant tout. En cinq ans, la surface de production s’est agrandie de cent hectares, soit par la venue de nouveaux coopérateurs, soit par le développement d’exploitations.

La cave produit actuellement quelque 40 000 hectolitres de vins. 35 000 hl rouge dont 10 000 hl rosé Clairet, 5 000 blanc donc 1 600 crémant.

La cave est administrée par des hommes jeunes (35% ont moins de quarante ans, 40% entre quarante et soixante ans, 25%, les « sages » ont plus de soixante ans). Au sein du conseil d’administration on trouve des administrateurs stagiaires qui participent à la  vie de la coopérative en observateurs. Pour une meilleure marche de la cave coopérative, le conseil d’administration se réunit une fois par mois, les coopérateurs trois fois par an. Le président, M. Burnereau, les vice-présidents et M. Lepaon se rassemblent, quand à eux, tous les samedis pour faire le point sur la situation. Une situation saine et en progression due au dynamisme de l’équipe dirigeante. Dès sa création, la cave coopérative a montré un autre visage, une volonté de travailler pour atteindre la qualité avant tout. Et on peut affirmer qu’un homme a fait SON histoire : M. Jacques Boyer-Andrivet.

Détermination et Ambition

Après la Seconde Guerre mondiale, il manque une pièce au puzzle. Il y a d’un côté les nouveaux viticulteurs indépendants qui ont du mal à repartir et de l’autre ceux qui attendent quelque chose. Un point commun les lie : les caves existantes ne peuvent les accueillir tous. J. Boyer-Andrivet crée alors, en 1948, la cave coopérative de Castets et accueille un éventail de propriétaires venus des communes avoisinantes.

Autre date importante dans l’histoire de la cave : l’année 1956. Le vignoble girondin est gelé. Quelle solution adopter ? Arracher ? : une solution prônée par les pessimistes. J? Boyer-Andrivet, moteur de la cave coopérative, pense qu’il faut tenter d’arracher les hybrides et replanter en A.O.C. A ses côtés, les viticulteurs optimistes qui font confiance à ces conseils bénis des dieux. L’avenir aura raison [quant à] cette option.

Dans les années 72, J. Boyer-Andrivet lance pour la vallée de la Dordogne un ambitieux projet d’assainissement et de remembrement. La vallée sera donc assainie, avec un plan d’évacuation des eaux et de garde des eaux pour l’irrigation des cultures (maïs, culture maraîchères) et l’élevage. Le remembrement donnera une nouvelle vitalité à la vallée de la Dordogne. Il fixera notamment la population à Saint-Pey-de-Castets. A cette époque, MM. Boyer-Andrivet et Chandoux, ancien président de la Fédération des caves coopératives du Sud-Ouest créent le groupe commercial SOCIVOOP à vocation de vendre la production des caves coopératives. [reste manquant].

Share This